«Mémoires photographiques» par Mariève Pelletier

Mariève Pelletier

Jusqu’au 18 juin, venez découvrir l’univers singulier de Mariève Pelletier à la Maison de la Culture de Waterloo, où elle nous présente en deux volets, son exposition «Mémoires Photographiques». C’est par l’entremise de la peinture et de collages qu’elle nous propose dans la grande salle,  ses œuvres  grands formats qui rappelle le Dadaïsme. Dans la salle Sœur Louis, elle nous transporte d’une autre façon dans des lieux fictifs par l’entremise de collages photographiques réalisés par un heureux mélange de montages numériques et de techniques anciennes qu’elle a perfectionnée en France.

FINISSAGE – Dimanche 5 juin à 15h – Cocktail et discussion en présence de l’artiste. L’exposition se poursuivra jusqu’au 18 juin 2011 et les heures d’ouverture sont  du mardi au samedi de 12h à 17h !

Mariève Pelletier nous explique en quelques mots sa démarche artistique…

" Ruines" tirée de la série "Mémoires Photographique" Van Dyck Brown, 2010

Mon travail s’illustre par la peinture et la photographie.  Deux médiums qui pour moi, feront toujours l’objet d’association. Ces deux formes d’expressions sont traitées de façons si différentes qu’il est difficile de les rapprocher. Cependant, ces deux pratiques parallèles  ne pourront jamais se dissocier étant donné qu’elles s’articulent autour des mêmes thèmes, soient la recomposition du  paysage et la fiction.

D’une part la peinture, de couleurs franches et accrues, où les images cassées, tiraillées, découpées rappellent le Dadaïsme. C’est par l’utilisation de photographies d’archives,  de symboles religieux et politiques, d’images variées, du crayon et de pigments que je construis et envisage mon travail. Le résultat s’en traduit par une géométrisation de l’espace pictural qui entre en dualité avec la complexité des sujets abordés. Se forme alors un univers fictif et narratif construit par l’accumulation d’éléments. La portée des signes, la connotation des images qui nous sont bombardés de toutes parts dans notre quotidien, sont autant d’influences et d’inspirations. D’autant plus que je m’intéresse au sujet de la violence, de la religion et le désenchantement. Je ne cherche pas tant à dénoncer où à critiquer  le mode de vie actuel, la politique ou la religion car mille l’ont fait auparavant et sans doute mieux que moi. Il s’agit, plutôt, de faire ces constats sur canevas en considérant qu’il y a d’une façon ou de l’autre, une réaction sensitive vis-à-vis du spectateur.

Paradoxalement, mes images photographiques, sont travaillées avec beaucoup plus de délicatesse, de finesse, empreinte de douceur et de nostalgie d’un temps passé. Elles évoquent une temporalité dure à déceler, étant donné que ces techniques, soit la gomme bichromatée et le papier salé, cyanotype, définissent par leur terme propre une tout autre époque photographique.  Celles-ci, courantes à la fin du 19ièmesiècle, étaient principalement travaillées pour illustrer la réalité mais tout en ayant une volonté esthétique. Dans le contexte actuel, où l’approche réflexive est orientée entre fiction et réalité, l’opportunité d’exploiter ces techniques donne un résultat visuel singulier. Par la combinaison de l’utilisation commune de la photographie argentique et numérique, je manipule des parcelles d’images pour recréer des paysages uniques, et à la manière de l’artiste photographe québécoise Isabelle Hayeur, créer l’illusion d’une réalité qui n’est pas.

Visitez son site Internet au http://www.marievepelletier.ca/index.html



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s